Comment éviter le cancer de la prostate ?

Il n’existe pas de vraie formule miracle pour éviter ce cancer hormis les règles communes de vie saine. C’est surtout l’âge et les « antécédents familiaux », c’est-à dire des cas déjà connus dans la famille directe, qui sont reconnus comme facteurs de risque du cancer de la prostate. Malheureusement, on ne peut pas les influencer…

De rares études ont pensé trouver de façon non certaine que les phytoestrogènes (contenu p.ex. dans les noix et les céréales), les lycopènes (dans les tomates ou le pamplemousses par ex.) et le soleil pourraient éventuellement fournir une protection.

Enlever le prépuce (circoncision) est une façon reconnue de se protéger des maladies sexuellement transmissibles. Certaines d’entre-elles, surtout la gonorrhée, sont suspectées d’augmenter faiblement le risque de tomber malade d’un cancer de la prostate au cours de sa vie. Ainsi, la circoncision pourrait elle aussi, de façon indirecte, avoir un effet protecteur sur le cancer de la prostate.

Des « coupables habituels », seul le tabac est suspecté d’augmenter le risque. Concernant l’alcool, seule une consommation « nulle » ou « excessive » pourrait augmenter le risque, une consommation « modérée » aurait un effet protecteur. De même pour la vitamine D où seules les valeurs extrêmes (basses ou hautes) son suspectées d’augmenter le risque. La graisse, les viandes et les protéines semblent être « innocentes » dans ce dossier.

Mentionnons qu’une étude semble avoir mis en évidence que le fait d’avoir plus fréquemment des orgasmes/éjaculations semble aussi protéger contre le cancer de la prostate.

 

 

Lexique

  • Phytoestrogènes :  composés végétaux dont la structure rappelle celle des hormones sexuelles féminines (œstradiol) et qui peuvent avoir une activité œstrogénique
  • Lycopènes : appartient à la famille des caroténoïdes, des pigments naturels qui donnent leur couleur jaune-orange (carotènes) et rouge (lycopène). C’est le caroténoïde le plus abondant dans le corps humain