« Une grossesse attendue… »

« Cette grossesse était désirée, attendue. L’effet de surprise fut très relatif.
Quoiqu’un peu anxieux, nous étions préparés au test positif, au départ d’une nouvelle aventure à trois, à l’idée d’être parents.
Cela dit, nous n’étions – je n’étais – pas préparé(s) à la grossesse. Une première grossesse.
Subtil mélange quotidien de joies, d’émerveillements, d’interrogations et de remises en question.
Je vis cette période si jubilatoire comme un défi. Celui d’être le plus utile et le plus dévoué à ma compagne.
De manière peut-être maladroite, j’essaie d’anticiper tous les petits tracas quotidiens inhérents à cette période, qui pourraient survenir. Nous en rions beaucoup.
Je scrute son ventre, parfois à son insu. Ma joie grandit à mesure que ses courbes s’accentuent. De surcroît, c’est d’un érotisme torride. Je caresse son ventre, je sonde d’éventuelles réponses à mes gestes. J’embrasse son ventre.
Mon rôle de futur papa ne doit pas être uniquement symbolique. J’essaie d’être artisan d’une grossesse heureuse. Le but est de transcender la vision attentiste et pessimiste de Curnonsky lorsqu’il écrit : « Papa est un petit mot d’amitié que les enfants donnent aux maris de leurs mères ».
Je veux être un papa à part entière. Dès maintenant. »
Thomas