Qu’est-ce que l’injection contraceptive et comment fonctionne-t-elle ?

Il s’agit d’une méthode contraceptive hormonale de longue durée qui consiste en l’injection en intramusculaire d’un progestatif de synthèse assez fortement dosé.
L’action de l’injection consiste à bloquer l’ovulation pour une durée de 12 semaines (3 mois). Cette injection doit se faire au début du cycle et être répétée tous les 3 mois.
La délivrance du médicament se fait sous prescription médicale après une consultation chez le gynécologue. L’injection peut être pratiquée par un gynécologue, une sage-femme ou une infirmière.

Efficacité

Il s’agit d’une méthode de contraception très efficace atteignant 99,7%. Certains médicaments (antibiotiques, anti-épileptiques, benzodiazépines, etc.) peuvent diminuer son efficacité.

Avantages

  • Pas de risque d’oubli,
  • Efficacité importante.

Effets secondaires principaux

  • Possibilité de prise de poids,
  • Apparition de problèmes de peau type acné,
  • Des règles irrégulières, soit trop fréquentes, soit trop espacées, voir absence complète de saignements (aménorrhée). Ceci peut être un effet apprécié ou recherché,
  • Le temps d’attente pour retrouver la fertilité peut être de trois à douze mois après la dernière injection,
  • Risque d’ostéoporose en cas d’utilisation très prolongée (surtout si facteurs de risque supplémentaires).

Contre-indications principales

  • Thrombophlébite,
  • Troubles thromboemboliques,
  • Trouble de la fonction hépatique,
  • Cancer hormono-dépendant,
  • Obésité,
  • Troubles digestifs,
  • Aggravation ou apparition d’un état dépressif, nervosité, vertiges, céphalées,
  • Hypertension artérielle,
  • Diabète,
  • Etc.

En post-partum

En raison de son dosage hormonal élevé, l’injection contraceptive n’est pas la méthode utilisée en première intention.
Cette méthode de contraception ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles (MST). La délivrance du médicament se fait sous prescription médicale après une consultation chez le gynécologue. L’injection hormonale n’est pas remboursée par la Caisse Nationale de Santé. La méthode de contraception utilisée ne doit pas être changée sans consultation médicale préalable.

Quiz
Les contraceptifs hormonaux
Testez vos connaissances